Cyclone la peste

APPOLLO, Serge HUO-CHAO-SI

Vents d'Ouest, 2012
La Grippe coloniale, T. 2



Ils ont mis neuf ans, nos auteurs Huo Chao Si et Appollo, après une premier tome qui raflait le prix d'Angoulême, pour pondre la suite de cette histoire ! On avait kiffé le premier, on aime le deuxième.

Les héros ne sont guère fatigués : Grondin fricote avec Marie la tisaneuse, celle qui bricole des potions dans son garage avec du rhum, avec du rhum, avec du rhum ! Evariste, éternel aide du Dr Souprayen, met en place le ramassage des cadavres qui s'accumulent dans les rues de Saint-Denis. Mais qui donc va vouloir se charger d'une telle tâche si ce n'est les condamnés à la prison ?

Y a du racisme à Saint-Denis : pas facile pour Emma de Villiers de fréquenter son tirailleur sénégalais qu'est tout de même bien noir dans les yeux des vrais Blancs. Et puis, la grippe espagnole, pas de problème : l'origine, ce sont les Chinois. Donc, si on brûle une boutique de chinetoque, ça n'est qu'un juste retour des choses... un peu comme si le Sida venait d'Afrique, non ? Et puis on n'oubliera pas d'empêcher les pôvres de venir dans les beaux quartiers, des fois qui z'amèneraient quequ'es virus ? C'est vrai ça, m'sieur le curé, vous confirmez ?

Mais le cyclone viendra nettoyer Saint-Denis : un divin coup de torchon qui en faisant tomber les branches flanquera une peur bleue aux virus.

Bien sûr, comme dans tout deuxième tome, on connaît la musique, même si elle prend toujours bien. Sont attachants, ces gars-là, qui flippent pas devant le virus. Un peu moins de rythme que dans le premier tome, tout de même ?

Marc Suquet


  

Fantômes blancs (Tome 1 : Maison rouge)

APPOLLO, LI-AN

Vents d'Ouest, 2005
Collection Equinoxe



François et Maxime sont de retour dans une île tropicale où ils ont passé leur enfance. Le merveilleux de l'île agit en tous sens : Maxime débute la construction d'un avion qui n'en est qu'à ses débuts, François rencontre des chasseurs de trésors puis un fantôme blanc dans la jungle qui lui raconte son histoire d'amour passée avec une riche veuve.

L'histoire est pour l'instant encore assez vague. On ne voit pas bien où cela va. Peut être est ce le principe d'un Tome 1 ? Les personnages ne sont pas désagréables : François un ancien esclave un peu dépassé par tout ce qu'il rencontre, du fantôme aux cabris qui parlent, Maxime un peu ravi attiré par l'aviation encore à ses débuts. Mais le scénario manque tout de même de consistance. De plus, cela manque un peu d'action ce qui donne à ce tome un rythme lent. On vit avec le passé colonial ou forban de cet île très présent. Les dessins sont assez peu soignés et sans grands détails. Les couleurs sont tout de même variées.

Après une couverture très alléchante, avec un dessin prometteur, je suis restée totalement sur ma faim. L'histoire est non seulement convenue mais ennuyeuse, il ne se passe rien. Quant aux dessins, ils sont peu aboutis, vagues et ne retransmettent ni la nostalgie ni l'aventure dans lesquelles les auteurs voulaient (enfin je suppose) nous emmener. Alors oui, bien sur, c'est un premier tome de mise en place des personnages et comme tout les premiers tomes... et bien non, tous les premiers tomes ne sont pas ennuyeux... non mais !

Annecat


  

Le Retour d'Ulysse

APPOLLO, Serge HUO-CHAO-SI

Vents d'Ouest, 2003
La Grippe coloniale, T. 1



Voilà une histoire que je ne connaissais pas : le retour des poilus en 1919 dans leur île d'origine, la Réunion. Rentrés au pays après l'enfer des tranchées, les quatre copains Evariste, Grondin, Voltaire et Camille retrouvent leur vie passée : la famille pour certains, un boulot, ou encore le bordel du coin, Chez Mam'zelle Paula.

Le docteur Souprayen n'a plus aucun doute, la grippe espagnole est à la Réunion, ramenée par les soldats et probablement par la terre contenue dans les bateaux. Mais ni le maire ni le gouverneur ne souhaitent y croire : pas question d'affoler la population de l'île ! La grippe espagnole est responsable de trente à cent millions de morts, selon les estimations. Le scénario repose sur des faits réels puisque les autorités ont en effet refusé l'évidence. Mais la grippe fera de sept à quinze mille victimes dans l'île

Sous l'aspect comique de l'album, c'est bien la tragédie qui règne. Celle de la mort des îliens, emportés par l'épidémie, mais aussi de la difficulté du retour des poilus chez eux. La fin tragique de ce premier tome en témoigne.

Un album bien dessiné à l'histoire intéressante et documentée.

Marc Suquet

partager sur facebook :