Antonin 1937

Olivier BERLION, Jérôme FÉLIX, GALANDON, Damien MARIE

Bamboo, 2012
La Lignée, T. 1



Pas marrant d'appartenir à une famille dans laquelle les aînés passent tous l'arme à gauche à l'âge de trente-trois ans. Antonin, à une année de la date en question, largue femme visiblement pas très rigolote (mais bon, Antonin papillonne quelque peu en ville...) et milieu bourgeois pour filer le train à sa copine en direction de la guerre d'Espagne.

Soyons clairs, je n'ai pas aimé ce premier album d'une tétralogie qui en elle même constitue un tour de force : associer quatre scénaristes travaillant sur tous les albums et quatre dessinateurs qui, eux, ne bossent que sur un seul. Oui mais voilà, la présentation de la guerre d'Espagne me semble caricaturale : genre les bons d'un côté, les républicains, les salauds de l'autre, les nationalistes. C'est partiellement vrai, mais c'est aussi oublier la tiédeur de la réaction de Staline, qui, sous prétexte de soutenir les républicains, en profite pour nettoyer les Brigades internationales de tous les éléments opposés, comprendre non-staliniens, et des anarchistes : on trouvera des éléments sur ce sujet dans Hommage a la Catalogne de George Orwell mais aussi dans Land and Freedom de Ken Loach. L'image d'Epinal esquissée par cet album en prend un sérieux coup ! Il reste le courage des Brigades internationales dont les membres viennent de toute l'Europe combattre les nationalistes avec leur cri de ralliement : No pasaran !

Je n'aime guère non plus le dessin : des visages et expressions simples et dénués de détails. De gros traits noirs soulignent mais aussi alourdissent l'ensemble.

En tant que Brestois, nous attendons avec beaucoup d'impatience le deuxième tome qui décrira notre Brest chérie en 1954, juste après la guerre et ses bombardements : une période que les habitants de cette ville martyre n'oublient pas.

Marc Suquet


Un pas vers les étoiles

Jérôme FÉLIX, Joël PARNOTTE

Soleil, 2003



Pittiville, une petite ville de province enneigée - la Haute-Normandie, entre Le Havre et Etretat -, quelques jours avant Noël. Manon, petit bout de fille de six ans, fraîche, naïve et innocente, vit dans un univers bien difficile. Ancienne prostituée, Fanny, sa maman est une femme à la dérive et désespérée qui la délaisse. Fanny traîne en effet un peu trop dans les bars où elle noie son mal de vivre et sa détresse dans l'alcool, et elle envisage même de confier sa petite fille à une famille d'accueil. Les choses vont donc bien mal en ce moment à la maison. Livrée à elle-même les trois-quarts du temps, Manon qui a de l'imagination à revendre ne sait rien de son père parti depuis bien longtemps et qu'elle n'a jamais vu, mais elle est persuadée qu'elle est la fille du Père Noël et que seul son papa sera capable de tout arranger...

Réjouissant ce scénario non dénué d'humour de Jérôme Félix qui, tout en tricotant enfance maltraitée, fait divers et magouille politique peu ragoûtante sur fond de contexte social très actuel et extrêmement impitoyable, sordide et dur, n'en demeure pas moins crédible, pertinent, convaincant, profond, complexe, tendre, sensible, empreint de poésie. Il évite intelligemment pathos, misérabilisme et mélodrame larmoyant ! Un conte de Noël se doit d'être joyeux. Ou du moins d'avoir une fin heureuse. Si "Un pas vers les étoiles" ne faillit pas à la tradition, la structure du récit, par contre, est inédite : un vieil homme aigri qui traîne un lourd passé, une petite fille inventive qui pense être la fille du Père Noël et des personnages secondaires tous plus perdus les uns que les autres... Ça ne commence pas très bien ! Manon aide comme elle peut sa mère qui l'élève seule, mais la misère est là. Elle se met donc en tête de retrouver son père pour qu'il vienne les sauver d'un quotidien sordide. Dans sa quête, la petite fille candide sera accompagnée par un vieux grincheux qui déteste tout le monde, Bernard Bonjour, ancien marchand de jouets au lourd passé, qui décide pourtant de l'aider. Mais elle sera poursuivie par un homme politique fou de haine et d'ambition, prêt à tout pour la kidnapper. Une aventure sinistre qui finira mieux qu'elle n'a commencé. Fort heureusement ! Une fable contemporaine réaliste et réussie dans laquelle on se prend très vite d'affection pour l'adorable petite Manon, toujours gaie, aussi gentille qu'elle est raisonnable et courageuse. Et que dire du talent de ventriloque de Bernard Bonjour sinon qu'il entretient une petite touche magique, bien que désenchantée... Les objets semblent entretenir une conversation intime et permanente avec la conscience et l'inconscient de l'ancien détenu. Superbement mis en couleur par Delphine Rieu, le dessin efficace et soigné de Joël Parnotte, tout en rondeur, agréable à l'oe'oeil, à la fois doux, esthétique et très expressif, frisant parfois la caricature, reste néanmoins réaliste et colle admirablement bien à l'histoire imaginée par Jérôme Félix. Très fouillé, il fait parfaitement bien ressortir les traits de caractère dominants des différents personnages et sert sans outrer la douleur diffuse qui émane de tous les protagonistes.

Un très joli conte contemporain qui ne laissera personne indifférent. Un album très réussi.

MGRB

partager sur facebook :