Dans la forêt

Jean HEGLAND

Gallmeister, 2017
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Josette Chicheportiche



Le monde s'est cassé la figure. Comment ? On ne le sait pas très bien. On n'ignore pas que des combats ont eu lieu à l'autre bout du monde, ni que les fonctionnaires ont cessé d'être payés, mais l'essentiel est ailleurs : Nell et Eva, âgées de dix-sept et dix-huit ans, vivent dans la maison familiale au milieu de la forêt. Face au monde qui s'écroule autour d'elles, les deux soeurs vont apprendre à domestiquer leur nouvel environnement.

La forêt, c'était pas leur truc, à ces deux-là. A peine une étendue sauvage et inutile, pleine d'herbes et d'animaux inquiétants. Et pourtant, lorsque l'essence vient à manquer et qu'il devient impossible de se rendre en ville, il ne reste plus qu'à apprivoiser ce territoire inconnu. Nell et Eva se mettront à cultiver leur jardin, à s'aventurer au-delà des premiers arbres et à reconnaître les plantes et les animaux qui peuplent ce nouvel univers devenu familier.

Amateurs d'anticipation, vous ne trouverez pas ici votre compte. Mais quelle belle et grave intimité, celle des deux adolescentes, décrite par ce bouquin. De leur découverte de la forêt à leurs âpres disputes, en passant par leurs amours ou maternité, deux femmes naissent devant le lecteur, quittant le monde du passé, peuplé d'une passion pour la danse ou pour des articles d'une encyclopédie. L'intimité finale avec la souche qui les protège a tout du Tournier, version sylvestre. L'écriture est simple, intimiste, puissante. L'émotion est forte. Bref, j'ai kiffé !


PS : ce livre n'a strictement rien a voir avec 1984, comme a pu le déclarer paresseusement un article du Publishers Weekly !

Marc Suquet

partager sur facebook :