A chaque jour suffit sa haine

Sébastien CHAGNY

Abat-Jour, 2015



Sous ce titre qui ne cache pas sa hargne, on se doute qu'on ne va pas tomber sur un texte mièvre. En effet, les quinze nouvelles de Sébastien Chagny sont fortes, puissantes et pleines de peps. Des textes courts (4 à 15 pages) décrivant des situations journalières : du prof qui part enseigner dans sa banlieue et croise des cas de misère à la fugueuse qui trouve dans un camp de Roms un véritable accueil.

Sébastien Chagny met souvent son lecteur devant des scènes que l'on ne relève malheureusement plus : des Roms qui plongent dans les poubelles des supermarchés, le regard d'un vigile sur les clients d'une grande surface ou encore le ressenti d'un homme travaillant dans un abattoir. Mais Sébastien Chagny n'est pas un ramolli, ses nouvelles se transformant souvent en révolte face à la publicité, l'égoïsme ou encore les nombreux travers des hommes. Un cri qui frise parfois l'excès : "bébé, horrible vocable dont la ronde syllabe onomatopéique et redoublée fait bien imaginer la grasse larve braillarde et insatiable des pays riches" !

J'ai aimé les nouvelles construites autour d'un scénario fort comme celui du vigile qui se promet qu'à la millième personne passant devant lui, il commettra un véritable drame, ou encore celle du promeneur ému par un renard pris au piège. Les nouvelles bâties autour de simples ressentiments de l'auteur et dépourvues de la colonne vertébrale d'une histoire m'ont semblé bien plus hermétiques, par contre.

C'est bien écrit, très bien même, et j'irai même jusqu'à écrire trop bien, l'auteur sophistiquant de trop son texte et parfois de façon artificielle : "la langue... produit un son qui imite l'évanescence du bipède à plumes, ce dinosaure devenu éther, tandis que l'autre bipède, aptère, a involué en dinosaure de plus en plus courbé vers la terre". Enfin, si le lecteur connaît la signification des termes aptère, hiéracocéphale (celui là j'ai du vérifier pour ne pas me tromper et même Word laisse son petit trait rouge sous le terme, signe de son emploi assez peu régulier), obvier, aséité, splanchnique, seum, séquano-dionysien, phatique, terraqué, monodie et quelques autres encore, il n'aura pas besoin de dico !

Bref, un écrivain qui aurait avantage à dompter son style, sans oublier sa passion, afin de mieux toucher son lecteur. A très bientôt, cher nouvel auteur !

Marc Suquet

partager sur facebook :