Une terre pas si sainte

Pierre POUCHAIRET

Jigal, 2014



Une famille de colons juifs, les parents et trois enfants, est retrouvée massacrée à Naplouse, en Cisjordanie, le haut lieu de la résistance à Israël. Dany et Guy, deux flics israéliens d'origine française, vont enquêter. Un deuxième théâtre se rajoute au premier : Nice, où est mis au jour un trafic de drogue vers Israël et la Palestine.

Voilà un livre écrit par un ancien commandant de la police nationale, chef de groupe aux stups, en poste dans des ambassades, représentant de la police française au Liban et en Turquie et, enfin, attaché de sécurité à Kaboul et au Kazakhstan. Bref, un gars qui a roulé sa bosse et en connaît un rayon sur le sujet. Mais c'est un peu déçu que j'ai émergé de ce livre, tant le rythme est nerveux, mais le descriptif de l'environnement assez limité. Et pourtant, la Palestine aurait permis d'approfondir le climat. Pas de contexte historique par exemple (les accords Sykes-Picot et la création des Etats arabes sont expédiés en trois lignes), peu de détails de la vie journalière... C'est un peu dommage. Quant à Jérusalem, la description de la ville est limitée aux ressentiments d'un flic français, jetés en cinq lignes. On ne cherchera pas non plus l'humour qui reste rare et plutôt version potache.

On notera tout de même les prises de position de l'auteur, signalant par exemple le rôle joué par le demi-million de colons juifs dans le blocage des négociations de paix. Mais aussi les accusations de torture, suggérées dans les centres du Shabak, la sécurité israélienne. Ou encore, certaines routes interdites aux Palestiniens... en Palestine, Israël revendiquant leur sécurisation.

Quelques persos intéressants bien que parfois un peu caricaturaux : ainsi la mère de Dany, typiquement mère juive, pied-noir dans l'attention étouffante qu'elle porte à ses enfants. En lisant certains dialogues, on imagine Marthe Villalonga ! Ou encore, le capitaine Maïssa Thabet, fille d'un ministre militant OLP, femme libérée dans un contexte qui ne l'est pas.

On ne s'embête pas dans Une terre pas si sainte, tant le rythme est soutenu, mais il reste difficile de s'extraire de l'impression que l'ensemble est un peu survolé et que l'auteur aurait pu densifier son livre en s'arrêtant un peu plus sur un environnement pourtant passionnant et riche.

Marc Suquet

partager sur facebook :