A la croisée des chemins

Cullen BUNN, Brian HURTT

Urban Comics, 2014
The Sixth Gun, T. 2, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Françoise Effosse-Roche



Moi qui n'ai aucune mémoire, j'ai apprécié d'entrée de jeu le résumé consistant du tome précédent, ainsi que la présentation des personnages. Les lecteurs plus jeunes pourront s'en passer, bien sûr.

Drake Sinclair repart à la recherche des six pistolets qui, réunis, donneraient un pouvoir inimaginable à celui qui les posséderait. Au fin fond des marais de Louisiane, Drake sollicite l'aide d'Henry Fournier. Au retour, c'est la plongée dans le fantastique, peuplé d'alligators géants.

C'est plutôt pas mal, avec un scénario inventif, fait de western mâtiné de fantastique. Dès 1965, comme le dit notre connaisseur ami de Temps de livres, Les Mystères de l'Ouest apportaient la même ambiance de rencontre entre les deux univers.

Côté dessin, pas trop de détails et des couleurs un poil artificielles mais qui collent bien avec le mélange des genres. Un cahier final présentant les couvertures auxquelles le lecteur a échappé.

Pas mal, tout ça !

Marc Suquet


  

De mes doigts morts

Cullen BUNN, Brian HURTT

Urban Comics, 2014
The Sixth Gun, T. 1, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Françoise Effosse-Roche



Tout commence à Crescent Junction. Un vieil homme est alité. Moribond, il demande malgré tout deux faveurs à sa belle-fille : partir loin et mettre une boîte avec tout ce qu'elle contient dans un trou. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu. Une fusillade et la jeune femme se retrouve en possession du sixième revolver. De dangereux individus sont désormais à sa recherche... Vive ou morte !

A la lecture de The Sixth Gun, on ne peut que penser à la formidable série télévisée Les Mystères de l'Ouest (Wild Wild West en version originale). Des situations fantastiques, des pistoleros bien habillés... mais la similitude s'arrête là. Cullen Bunn écrit une histoire où toute notion de héros est dérisoire. Chaque personnage, aussi bon soit-il, cache une part sombre. Quant aux armes, le personnage de Drake Sinclair les résume ainsi : "Aucune arme au monde n'est naturelle". Des armes pour soumettre le monde et capter les vices de l'âme humaine. De fait, la suite de Sixth Gun semble montrer que l'histoire des Etats-Unis s'est écrite avec le sang et pas toujours dans le bon droit.

Les graphismes sont secs, presque dénués de détails. La lisibilité des cases se doit de suivre l'action de l'histoire. Néanmoins, certaines pages illustrées sont magnifiques. Et tout l'album est parfaitement encré et ombré. Un immense travail à saluer.

Temps de livres


Amérique. Quelque part dans les plaines. La plaie laissée par la Guerre d'Indépendance n'est pas encore refermée. La liberté est acquise pour tout le monde. Dans cet Ouest sauvage, une troupe de cavaliers maudits parcourt les terres à la recherche du sixième pistolet, colt ultime pouvant rendre la vie à leur maître, le général confédéré Oleander Hume, damné dans son cercueil entre la vie et la mort.

La magie chamanique se mêle ici au genre western, dans une Amérique encore sauvage. Au-delà d'une banale histoire de vengeance, commune a beaucoup de westerns, la richesse du scénario réside dans les légendes et les objets de l'intrigue. En effet si les personnages sont quelque peu desservis par des dialogues clichés, on remarquera l'effort d'inventivité dans le récit de quête, qui implique le lecteur autant que les héros dans une aventure proche d'un jeu de rôle : demande de conseils à des entités particulières, récupération d'armes, pouvoirs supplémentaires, boss surpuissants.

On attend la suite !

Alain

partager sur facebook :