Louis XIV

Hervé DREVILLON, Renato GUEDES, Jean-David MORVAN, Frédérique VOULYZE, WALTER

Glénat, 2015



Bien sûr, c'est plus drôle quand les Inconnus appellent le monarque, Louis croix-baton-vé ! Parce que, dans le présent album, l'humour se fait discret...

Comme pour les autres albums appartenant à la série "Ils ont fait l'histoire", l'objectif est tout autre : instruire sur la vie des grands personnages de l'histoire de France. Chez MGRB, nous en avons lu plusieurs et le constat est toujours le même : si l'intention est excellente, le résultat est austère et parfois ennuyeux. Dommage !

Néanmoins, la série s'entoure toujours d'historiens garants de l'aspect véridique du scénario. C'est le cas ici encore, puisque Hervé Drévillon, professeur d'histoire à l'université de Paris I, est signataire de cet album.

Le personnage/héros est passionnant : celui que l'on surnomme le Roi Soleil, mais aussi curieusement Dieudonné (là, par contre, ça fait rire), a régné soixante-douze années ! Un royal marathon assez peu souligné dans l'album. Même s'il est bien difficile de tout expliquer, mieux vaut détailler un minimum certains éléments simplement énumérés tels que le code noir. L'album conte tout de même les problèmes d'alliance du roi avec les grandes familles européennes comme la naissance de Versailles. L'ensemble aurait été grandement simplifié en ajoutant un arbre familial ou quelques cartes.

Le dessin manque de caractère.

Dommage que la volonté d'éducation se cantonne ici à l'austère.

Marc Suquet


  

Jaurès

Vincent DUCLERT, Rey MACUTAY, Jean-David MORVAN, Frédérique VOULYZE

Glénat, 2014



Jaurès, ben, bien sûr, c'est l'histoire de l'homme politique. Et tout particulièrement de son engagement en faveur de la paix, alors que le monde s'achemine vers la guerre après l'assassinat de l'archiduc François-Joseph.

Mettre l'histoire en BD, c'est une excellente initiative, car cela peut rendre plus accessible la matière. Ici, c'est moins évident, tant le texte par la surface des bulles et les très longs extraits de discours alourdissent le rythme de l'album. J'ai bien peur qu'un lecteur peu motivé par l'homme politique laisse tomber sa lecture, ce qui est évidemment l'inverse du but recherché. Le dessin, sans être original, n'est pas désagréable. Un gros dossier en fin d'album, presque un peu trop touffu lui aussi. Une bonne idée : une copie de la une de l'Huma en date du 18 avril 1904.

Marc Suquet

partager sur facebook :