Le Livre anglo-saxon

Brian WOOD

Urban Comics, 2014
Northlanders, T. 1, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Benjamin Rivière



La couverture donne le ton : un horrible Viking comme on n'aimerait surtout ne pas en rencontrer. Les yeux cruels mi-cachés sous son casque, dents ouvertes. La mort, celle que l'on imagine devant l'avancée de ce peuple débarquant sur les côtes anglaises ou normandes. Mais bon, tout cela reste un tantinet cliché : certes, les Vikings n'étaient pas des tendres, mais la légende du peuple sanguinaire a été mise en place par les moines, les premières victimes de ces envahisseurs, des victimes fort riches. Mais des victimes qui sont également les seules à maitriser l'écriture et donc à pouvoir écrire l'histoire. Brian Wood conserve cependant souvent, au fil de son récit, la cruauté de ces personnages. L'ensemble a été publié aux Etats-Unis par DC Comics sous le label Vertigo puis traduit et republié en français.

Quatre histoires dans ce premier volume : celle de Sven, un Viking emmené à Constantinople comme esclave et venu récupérer l'héritage de son père dans les Orcades. Celle de la destruction d'un monastère par les Vikings, aidés d'un jeune enfant en rupture avec son milieu familial. Celle de Danoises résistant aux Saxons. Et enfin, la chasse par les Vikings, d'un Irlandais qui les massacre proprement.

Question dessin et hors la superbe couverture de Massimo Carnevale déjà mentionnée, j'ai aimé le dessin de David Gianfelice, fait de couleurs ténues et d'expressions fortes. Moins celui de Danijel Zezelj, dont la noirceur est difficile.

L'ensemble est une vraie somme de presque 500 pages que l'on avale sans problèmes. Un superbe souffle épique règne dans cet album ! Le tome est complété de notes de Patrick Weber, journaliste et scénariste de bande dessinée, redécouvrant les Vikings au delà de leur légende. Ainsi, le passé viking de Dublin mais aussi l'art viking.

Marc Suquet


On a l'impression que l'époque des Vikings ne met en scène que des brutes sanguinaires dénuées de tout sentiment... Eh bien, ce n'est pas tout à fait vrai (bien que cela décapite et torture à tout va !).

Ici, l'auteur ne s'est pas arrêté à cela. Les héros de tous bords sont animés par l'honneur, la gloire, la piété... et les thèmes traités quant à eux sont très actuels. Ainsi la place de la femme, les changements d'habitudes de la société, la religion...

Marc ayant déjà exprimé pas mal de choses, j'ajouterai juste que je me suis moi aussi laissé prendre par ces récits et que pas un instant je ne me suis embêtée.

Ah si ! encore une précision : Urban Comics devrait publier en trois volumes les quatorze récits organisés par régions puis par ordre chronologique au sein de chaque volume.

Alors vivement le tome 2 !

Annecat


Et si les Vikings n'étaient pas les barbares sanguinaires que l'on croit connaître ? C'est à partir de ce postulat de base que Northlanders tisse une toile historique à travers la mer du Nord... dans le vaste monde anglo-saxon.

La force du livre réside dans un projet ambitieux : celui de réhabiliter les Vikings dans leur réalité historique. Cette démystification est déjà mise en oeuvre depuis quelques années à travers la littérature, la télévision et des expositions fleurissant à travers le monde. Loin d'enfoncer une porte ouverte, Brian Wood se charge plutôt d'enfoncer un clou dans le bois dur du lieu commun avec son marteau narratif implacable tout au long du Livre anglo-saxon.

A travers quatre histoires, l'auteur de The Massive défriche l'histoire des hommes du Nord et fait souffler un vent de vérité sur le cliché poussiéreux du Viking tel qu'on le voit dans nos représentations classiques. Que ce soit en compagnie d'Edwin le jeune égaré, des trois femmes guerrières ou du légendaire Sven Le Revenant, l'ouvrage tout entier nous transporte et détaille leurs rapports aux autres peuples, à la religion et à la mer. Le scénariste, passionné par la période, est ainsi accompagné par Patrick Weber, qui ne manque pas de mettre les choses aux clair dès les premières pages de l'ouvrage : pour lui, "Il est temps de rendre aux fils d'Odin la place qui leur revient".

Excellent dans le projet, Northlanders est parfois inégal dans ses histoires comme dans ses dessins. Quatre équipes de dessinateurs et coloristes se succèdent ici pour donner vie aux personnages nordiques. Les traits sont tantôt forcés, tantôt aériens pour que le lecteur soit à la fois transporté à travers les contrées vertes et salées, et cloué au sol dans la crasse et l'obscurantisme.

Le Livre anglo-saxon n'est que le premier ouvrage d'un projet en trois volumes, chacun prenant place dans une partie du monde bien définie, à une époque donnée. C'est donc sans modération, et dans l'expectative d'autres voyages à venir, que votre serviteur vous encourage à prendre le large et à vous laisser porter par ces pages !

Alain

partager sur facebook :