Le fou prend le roi

Fabien CERUTTI

Mnémos, 2015
Le Bâtard de Kosigan, T. 2



1340. Le Bâtard de Kosigan a pour mission de s'infiltrer en terre française. Malheureusement, sa réputation le précède et, s'il veut rester en vie, il doit mener une enquête : qui a occis le Dauphin de France, dit Jean le Bon ? Quelque chose lui échappe. Il se sent manipulé.

1899. A la suite des mésaventures de Michaël Konnigan, ses amis se lancent à leur tour sur la piste de l'énigmatique aïeul et les faces cachées de l'histoire.

Le premier récit de Fabien Cerutti montrait qu'un roman, pourvu qu'il soit bon, sera passionnant, qu'il s'inscrive ou non dans la tradition d'un genre littéraire (fantasy, science-fiction, fantastique). Ce deuxième tome, même s'il fait suite à L'Ombre du pouvoir, peut se lire indépendamment. On retrouve notre anti-héros avec son groupe de mercenaires. Comme on a pu le lire dans la première aventure, les missions du Bâtard sont longuement préparées. Mais il tombe ici sur un os. Un problème qui va le faire aller de Charybde en Scylla. Dans le précédent récit, Fabien Cerutti nous avait fait découvrir le personnage et son univers. C'était une promenade de santé comparée à la complexité de cette enquête. De fil en aiguille, les tenants et les aboutissants touchent les royaumes de France et d'Angleterre, voire la religion elle-même. Le mercenaire doit avancer discrètement car, s'il opère avec l'appui du Roi de France, la moindre parole déplacée pourrait lui valoir une mort douloureuse.

La deuxième enquête, épistolaire celle-ci, est très différente. Nous retrouvons différents investigateurs (professeurs, journalistes). Issus de notre histoire de France, ils sont perplexes face à ces récits qui parlent de magie et de races anciennes. L'avancement de l'enquête est passionnante et à l'opposé des aventures du Bâtard. En effet, ils font tous des recherches dans les bibliothèques, les archives... Des recherches théoriques qui n'en demeurent pas moins passionnantes. Ou si vous préférez, Indiana Jones sans le côté aventurier...

Avec une redoutable efficacité, Fabien Cerutti continue à égratigner l'histoire de France. Alors que la mode est à l'uchronie (un genre littéraire qui réécrit l'histoire), l'auteur part du principe que notre histoire n'a pas changé, mais que quelque chose ou quelqu'un l'a modifiée. Modification temporelle ou réécriture de l'histoire (ce sont les vainqueurs qui l'écrivent) ? On retrouve en second plan les races anciennes (elfes, orques, dragons) au milieu de personnages historiques : Isabelle de France, Charles V, Edouard III. Au lieu de se laisser aller au jeu des références, Fabien Cerutti bâtit son récit de manière à brouiller les cartes. "Il s'agit, j'en suis certain, de la meilleure route à emprunter afin d'éclaircir un peu les ombres épaisses que cette canaille s'acharne à faire planer sur ce que j'ai a tendance à considérer comme MON histoire de France", écrit ainsi Léopold.

L'ensemble du récit tient la route. Les deux enquêtes se rejoignent parfaitement, même si la dernière partie traîne un peu. Une partie qui s'expliquera vraisemblablement dans un troisième tome (on l'espère). Ce récit se veut à l'opposé du premier tome. Sombre, anti-héroïque... On est loin des chansons de geste. S'il y a un troisième volume, sera-t-il celui de la synthèse (et de la fin) des aventures du Bâtard ?

Un deuxième tome consacré au Bâtard qui améliore les "défauts" du précédent. Tout en travaillant ses personnages, l'auteur écrit un vaste récit. Légendes et Histoire se confondent au point de nous faire douter. A réserver aux lecteurs qui aiment l'histoire, les contes ou ces faits qui changent le monde.

Temps de livres


  

Le Bâtard de Kosigan - L'Ombre du pouvoir

Fabien CERUTTI

Mnémos, 2014



C'est en 1899 que Michaël Konnigan, alors professeur d'archéologie médiévale, se découvre un passé et une famille. Il hérite d'un lointain ancêtre, Pierre Cordwain de Kosigan, d'une malle au contenu plus qu'énigmatique. Il se lance alors à la poursuite de nombreux secrets dont la révélation pourrait changer le cours de l'histoire. Qui donc est Pierre Cordwain de Kosigan dit "le bâtard" ? Que poursuit-il et quelles sont ses surprenantes facultés de guérison dont il semble pourvu ? Qu'a-t-il a gagner à protéger la Champagne du roi de France pour le compte des Bourguignons et jusqu'où ira-t-il pour protéger les "peuples anciens" ?

Alors commençons par le "désagréable"... ce sera fait : la couverture... Jamais, au vu de celle-ci je n'aurais eu idée de lire cette aventure si elle ne m'avait pas été recommandée par mon ami de "Temps de livres". Mais bon les goûts et les couleurs...

Heureusement que j'ai réussi à dépasser ma première impression visuelle car l'intérieur par contre est franchement sympa. Fabien Cerutti, construit son récit autour de deux intrigues aussi intéressantes l'une que l'autre. La première, est l'échange de courrier entre Michaël Konnigan et ses amis, sur les nombreuses découvertes liées à son héritage. Il est sur la piste de ce qui pourrait se révéler être le plus grand démenti de l'histoire officielle de France. Plus il se rapproche de la "vérité" plus le danger est présent et l'on se surprend à être aussi "excité" que lui par ces découvertes... La seconde, est au coeur de la bataille pour la Champagne, entre le roi de France et le comte de Bourgogne, sur fond d'espionnage, d'enlèvement et de "pacte de sang" elfique. Là aussi le récit est palpitant et les elfes ne sont pas plaqués artificiellement mais servent parfaitement l'intrigue et le secret.

Alors faites comme moi et ne vous laissez pas "rebuter" par cette couverture peu amène (désolée pour M. Denis) et partez sur les traces du bâtard et de ses secrets ! Et puis vivement la suite !

Annecat


En 1899, Michaël Konnigan est professeur d'archéologie médiévale. Alors qu'il est en Russie, un paquet lui parvient de France. Celui-ci contient des documents sur son héritier direct Pierre Cordwain de Kosigan. L'affaire semble sérieuse, le jeune professeur part en quête de son mystérieux ascendant.

En 1339, Pierre Cordwain de Kosigan dit le "Bâtard" se rend en Champagne. Officiellement pour le tournoi de la Saint-Rémi, dont la récompense s'élève à deux mille livres parisis (deux millions d'euros). Mais tous ceux qui connaissent la réputation de ce mercenaire d'élite savent que le "Bâtard" n'est pas là par hasard. Pour quelles manigances est-il présent ?

Selon les clichés de la fantasy, l'histoire doit se dérouler dans un royaume lointain, ou alors au royaume de France, mais il y a très longtemps. Généralement, il n'y a aucune corrélation entre l'histoire officielle et celle du récit. Fabien Cerutti, agrégé d'histoire a trouvé "une faille temporelle". Son histoire se déroule au XIVe siècle, avec des personnages historiques comme Guillaume le Maréchal ou Edouard III d'Angleterre. A côté, on trouve des personnages factices mais non moins intéressants. Ce mélange est déjà détonnant mais ressemble à un roman historique, voire à une uchronie. L'auteur va aller plus loin en insérant les ingrédients de la fantasy : races anciennes (elfes, orcs, etc.), magie, mais a contrario de nombreuses oeuvres, elles se placent en toile de fond, voire en rôle secondaire. Quant à l'ambiance, oubliez les films et les récits chevaleresques. La vie est dure, on prend son plaisir où l'on peut et les complots politiques sont légion. N'allez pas imaginer que c'est l'apanage des hommes. Les femmes dépeintes ont du caractère et l'expression "sexe faible" n'a jamais été aussi fausse.

En parallèle de ce XIVe siècle, on trouve Michaël Konnigan, descendant direct de Pierre Cordwain de Kosigan. Au fur et à mesure de son récit épistolaire, on en vient à douter de son héritage. Par contre, son enquête intéresse des gens mystérieux prêts à toutes les manigances.

Pour insérer dans son roman les deux récits (celui de 1339 et celui de 1899), l'auteur les mène en parallèle. Finalement, on n'a pas une histoire, mais deux. D'un côté un récit politico-chevaleresque, de l'autre, une enquête policière épistolaire. Sans vous révéler la fin, on espère qu'il y aura une suite, mais ce tome peut se lire indépendamment.

Ce livre de plus de 350 pages trouve sa source dans un jeu de rôle sur PC : Neverwinter Nights. Six aventures du bâtard de Kosigan paraissent et la communauté rôliste est séduite. Pendant deux ans de suite, le scénario est numéro 1 dans le top 10 du site dédié au jeu. A la suite de ce succès, Fabien Cerrutti s'attaque à scénariser sa création en bande dessinée. Malheureusement, malgré six ans de travail, le projet tombe à l'eau. Depuis 2011, l'auteur a repris la plume, cette fois pour les éditions Mnémos. Un parcours du combattant pour un récit et des personnages sensationnels.

L'Ombre du pouvoir n'est pas à réserver à une frange réduite du lectorat. Les personnages sont complexes, les ambiances réalistes. Amateurs d'histoire, rôlistes ou simple lecteur, plongez dans ce fabuleux récit de Fabien Cerutti !

Temps de livres


Il n'y a pas lieu de revenir sur le résumé de l'ami Hervé, fidèle et même exhaustif sans spoiler, s'il vous plaît ! Je vais me contenter de ramener ma fraise sur l'ouvrage lui-même, qui m'a diantrement plu. Il est vrai que le mélange héroïco-historique est très réussi. Vrai également que les personnages sont captivants, et le principal est attachant. Je ne connaissais pas pour ma part l'histoire de ce roman (le jeu vidéo, le projet de BD, etc.) mais je dis bravo au résultat. De l'humour et du suspense, un héros romantique pas trop tourmenté, ambitieux et courageux, frondeur et hors-la-loi. Le vilain garçon irrésistible qui fait fondre les donzelles et se sort de situations impossibles. On est ici dans la droite lignée des romans d'aventures du XIXe siècle qui ont fleuri sous la houlette d'Alexandre Dumas, entre autres. Un grand plaisir de lecture, car l'auteur ne se contente pas d'un bel exercice de style et y ajoute sa patte en apportant les petits mystères des codes de la fantasy et les lumières de l'Histoire dont il est également féru. On se plaît à espérer une suite à l'ouvrage, tant il se finit trop vite malgré ses 350 pages. Pour demander au bougre de se laisser aller à l'écrire, une adresse : http://fabien.cerutti.free.fr/. Et hop !

Marion Godefroid-Richert


Personnage principal irrésistible, mélange savoureux d'histoire médiévale et de fantasy, humour maîtrisé. Je ne reviens pas sur ce pourquoi nous sommes tous d'accord.

Si Le Bâtard de Kosigan sort du lot, c'est sans doute parce que le livre est issu d'un jeu de rôle (du même auteur). L'univers fantastique dépasse totalement le livre lui-même et m'a complètement envahie au-delà de l'intrigue et des personnages. On ne lit pas Le Bâtard de Kosigan, on y plonge... comme si on y était rôliste !

Zab

partager sur facebook :