Victor Hugo : Aux frontières de l'exil

Esther GIL, Laurent PATURAUD

Daniel Maghen, 2013



"Ceux que nous pleurons ne sont pas absents. Ce sont les invisibles." (Victor Hugo)

11 septembre 1853. En exil sur l'île de Jersey, Victor Hugo accepte, quelque peu à contrecoeur, d'assister à une séance de spiritisme. En effet, il ne semble plus trop croire ni à la magie ni à l'efficacité des tables tournantes. Or voici que ce soir-là le spectre de sa fille Léopoldine, morte tragiquement noyée dix années auparavant, lui apparaît et lui tient des propos obscurs : "De profundis clamavi ad te. Père, pourquoi les quatre innocents ont-ils péri noyés ?"
Persuadé alors que la mort de sa fille n'est pas accidentelle et bien décidé à faire la lumière sur le drame afin que l'esprit de Léopoldine puisse enfin trouver le repos, le poète décide de retourner clandestinement en France. Le proscrit va enquêter à Villequier, sur les lieux de la noyade. Il ne se doute pas encore que son enquête va le mener jusque dans les bas-fonds de la capitale où il mettra sa vie en péril...

"On ne peut pas vivre sans pain.
On ne peut pas non plus vivre sans la patrie..." (Victor Hugo)

Ces quelques lignes ne donnent qu'une idée - fort incomplète - de tout ce qui attend le lecteur dans cette bande dessinée somptueuse. Les auteurs le mèneront de Marine Terrace (Jersey) jusqu'à Villequier, des bas-fonds de Paris jusqu'au palais des Tuileries... et même jusqu'à Guernesey... Il y croisera Victor Hugo, bien sûr, son épouse, sa fille Adèle, les amis de la famille (Auguste Vacquerie, le général Le Flô, la spirite Delphine de Girardin), ses maîtresses (Juliette Drouet et Léonie d'Aunet), Napoléon III, le baron Haussmann, Vidocq !, les Thénard !, un gamin "déluré", Gavroche !, sans oublier l'énigmatique Armand et John Charles Tapner ("une victime de l'Europe ?")...

L'intrigue de qualité, aux dialogues de qualité également, n'est qu'un prétexte - ô combien habile ! - pour entraîner le lecteur dans une enquête policière, une aventure passionnante, certes imaginaire et quelque peu fantastique, mais inspirée de faits réels : l'engagement politique de Victor Hugo, sa participation aux séances de spiritisme, son combat pour l'abolition de la peine de mort... Le périple imaginaire de Victor Hugo sert également de prétexte aux auteurs pour brosser un tableau saisissant de la société du Second Empire... On peut aisément imaginer qu'à la base de cet album, il a dû y avoir un travail d'enquête et de recherche pour nos deux auteurs. Un travail minutieux, gigantesque, colossal... Ils sont certainement incollables à présent en ce qui concerne le Second Empire, Victor Hugo, sa vie, son oeuvre.

Victor Hugo : Aux frontières de l'exil, album de 93 pages (soit à peu près le double d'une BD classique), à la fois réaliste et poétique, est un album superbe en tout point. Scénario impeccable, graphisme d'exception. On ne peut que recommander cette BD hors norme qui se veut un très bel hommage rendu à un génie de la littérature !

P.S. : Cerise sur le gâteau, l'album comporte également un dossier graphique et historique d'une douzaine de pages... de très grande qualité, lui aussi. Il se termine par des esquisses de Laurent Paturaud, qui est vraiment un dessinateur très talentueux.

Roque Le Gall

partager sur facebook :