Wake

Lisa McMANN

La Martinière Jeunesse, 2012
Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Raphaële Eschenbrenner



Depuis qu'elle est toute jeune, Janie a la capacité de pénétrer les rêves des personnes alentour. Un don bien plus lourd qu'il n'y paraît puisque rien n'indique quand cela va arriver. Elle a construit sa vie autour de cette faculté, mettant une barrière entre elle et les autres. Jusqu'au jour où elle se confie à Cabel... Mais était-ce un bon choix ?

Lisa McMann construit une histoire qui va se révéler prenante de bout en bout. Exprès , je ne raconterai pas l'intrigue, mais ce qu'il y a autour. Ce qui va se dégager de ce livre, c'est l'ambiance qu'on retrouve peu dans les oeuvres pour "young adult". Une ambiance fantastique, où la réalité est présente et ce petit quelque chose qui va altérer la normalité pour passer dans le bizarre. Bizarre, j'insiste, car Janie est le personnage principal sans en être l'héroïne. Dans les rêves, elle n'est que le témoin, elle ne peut jamais interagir. Ici, pas d'institut pour jeunes surdoués, pas de docteur extralucide, juste une maman alcoolique et une amie dont le milieu social est différent. A Janie de se débrouiller pour se construire une vie. Seul refuge, le dénommé Cabel, qui va faire basculer l'histoire. L'écriture est incisive, la syntaxe simple, les chapitres courts. L'auteur nous fait plonger dans son univers, directement, sans fioriture. Les personnages sont taillés sommairement. On en sait peu sur eux, car seules les situations sont importantes, pas les personnages eux-mêmes. Le seul détail qui restera tout au long du livre, ce sont les heures, les dates qui parsèment les chapitres. Avec cette précision, on saura combien de temps dure un rêve, si Janie s'est fait remarquer, etc.

Court roman (200 pages), Wake n'en est pas moins oppressant. Son ambiance, ses personnages dont on ne sait pas tout, les rêves qui disent tout sur les fantasmes des protagonistes... Bref, ce livre n'a pas fini de vous hanter.

Temps de livres

partager sur facebook :