A boire et à manger

Guillaume LONG

Gallimard Jeunesse, 2012



Un blog dessiné sur la bonne bouffe. J'en ai rêvé, Guillaume Long l'a fait, Gallimard l'a publié, un copain me l'a offert. Et voilà comment plusieurs passions se retrouvent assemblées d'un coup d'un seul ! Bon, je sais, je retarde un peu. Ca fait un moment qu'il existe, ce blog. Mais on dirait vraiment qu'il a été fait pour moi (petite crise d'égocentrisme, ne faites pas attention). Tout ce que j'aime avec de l'humour en plus, tous les petits travers des foodingues, comme on les appelle, avec des recettes qui ont l'air miam. Parfois j'ai de vraies divergences d'opinion : pour moi, foin du silicone par exemple. Je n'aime pas ces foutus moules souples qu'on ne peut jamais vraiment rendre nets sans les faire attacher, et qui donc gardent dans vos placards une mince pellicule blanchâtre suspecte qui vous goguenardise quand vous voulez vous en saisir pour faire le moindre gâteau. Et que dire sur la note des crêpes, où un soi-disant Breton les fait à l'huile (Argh ! Aaaaaaaaarrgghhllglgg ? râle de syncope myoclonique).

Mais bon, il y a du vécu gastronomique à toutes les pages. Les expériences relatées sont alléchantes. Je ne rêve plus que d'une chose maintenant, c'est aller goûter aux pâtisseries hongroises. La description tapageuse de cet eden de la crème fouettée est un appel du pied à l'absentéisme gourmand. En revanche j'admets mon total néophytisme sur les anagrammes ! L'auteur ayant avoué son penchant pour l'exercice fait une note rigolote sur le pinard et en profite pour dropper au passage une petite phrase devinette : "La nuit porte conseil". J'ai cherché beaucoup (au moins cinq minutes), et puis je suis allée sur le net, qui m'a renvoyée...  à la page du blog de Guillaume Long ! Je me suis farci TOUS les commentaires (et il y en avait un paquet, une grosse chamaillerie sur l'orthographe de l'expression "au temps pour moi" ayant beaucoup mobilisé le lectorat) pour m'apercevoir que la solution était donnée dans la note suivante. C'est le jeu. D'ailleurs si Lucette veut connaître le fin mot de l'histoire qu'elle aille à la note du 9 mars 2010 (non je ne le donnerai pas, trop facile).

En revanche je suis en totale communauté d'esprit sur la meilleure salade du monde ! Les tomates, c'est ma passion. Et je me demande activement comment diable on peut réduire un filet mignon en lamelles ? Enfin bref, A boire et à manger, c'est du bon. Et en plus quand c'est fini y en a encore. A consommer sans modération, attention il y a souvent des fruits à coque (et à propos les pignons de pin chinois sont dangereux, vous saurez pourquoi après avoir lu le livre).

Marion Godefroid-Richert

partager sur facebook :