Retour à la liste des rencontres

"Noir sur la ville"

Lamballe, 14 novembre 2015

Lamballe : samedi 14 novembre, 14 h. Sur la porte de la salle municipale (où les visiteurs peuvent rencontrer les auteurs, contempler les expositions, chaque année différentes, assister aux débats...) cet avis, écrit en lettres rouges : "Salon annulé sur décision préfectorale". Nous nous y attendions quelque peu après la soirée de terreur et d’horreur à Paris, "moins d’un an après Charlie Hebdo".

Avec "nos amis angevins", Jean-René et Brigitte, des fidèles de Noir sur la Ville eux aussi, nous aurons le privilège – le triste privilège – d’assister à la fin, à la "dislocation" de ce dix-neuvième festival, qui s’annonçait prometteur...

Salle municipale fermée au public, donc : émotion, déception, consternation...

Bref discours du maire de Lamballe, déçu lui aussi : "On ne peut pas faire comme si de rien n’était..." Et puis ne se doit-il pas d’appliquer l’arrêté préfectoral ?

Puis discours d’Alain Le Flohic, "le président"... Emu, touché... mais pas coulé ! Très digne ! Comme les auteurs, il pense que le festival aurait pu, aurait dû être maintenu. Sous une autre forme, certes : tables rondes, débats... c’était l’occasion de se rencontrer, de discuter, de repousser la peur... Il donne rendez-vous à tous l’an prochain et il promet que le vingtième festival sera un anniversaire mémorable...

Applaudissements !

Nous quittons alors la salle... Triste spectacle que celui des bénévoles, plus que déçus, qui "débarrassent" les lieux... "un an de travail pour rien !"

Restons optimistes cependant et concluons par ces paroles d’Hervé Delouche (président de 813, association des amis des littératures policières) prononcées avant "les évènements" : "La Bretagne est un endroit où il y a une véritable passion pour la lecture, le polar, les rencontres. A Lamballe, la passion se sent, c’est un vrai bonheur d’être là".

Roque et Arlette

P.S. : quelques moments privilégiés lors de cette journée très noire. Nos rencontres et discussions intéressantes bien que trop brèves avec Loic Cauret, maire de Lamballe, Alain Le Flohic, Claude et Ida Mesplède, Marc Villard, Hervé Delouche... Jean-René et Brigitte, "nos amis angevins".