Retour à la liste des rencontres

Festival "Noir sur la ville"

Lamballe, 19-21 novembre 2010

Compte-rendu partiel et partial

La Fureur du Noir, c’est un groupe de passionnés de roman noir qui, en 1997, décident de "tenter un Salon littéraire" pour "rencontrer les auteurs..." (Ouest-France, 15 novembre 2006)

Et dire que nous avons failli rater la 14e édition du festival ! C’eût été dommage !

Les retraités, c’est bien connu, sont constamment sollicités et souvent débordés. Par chance, nous avons pu nous libérer au dernier moment le dimanche 21 novembre. Les Rencontres/Dédicaces ne commencent qu’à 14 heures à la salle municipale, mais, dès 10 heures nous nous garons rue Bario, en plein centre-ville. Nous comptons revisiter Lamballe, marcher un peu dans cette cité pittoresque des Côtes-d’Armor. Une certaine animation dans les rues... La messe ! Vers 10h15, nous croisons un groupe de sept à huit personnes, mené par Alain Le Flohic. Nous reconnaissons Jean-Hugues Oppel, Claude Bathany... Alain Le Flohic, le président de l’association La Fureur du Noir, nous propose très gentiment de nous joindre au groupe. Il n’est pas question de messe mais d’une visite du Musée consacré à l’enfant du pays, le talentueux Mathurin Méheut. Visite privée avec une guide sympathique et compétente qui nous fait découvrir les multiples facettes du génial touche-à-tout costarmoricain. Cette visite plus qu’intéressante se termine vers 11h30. Alain nous invite alors à déjeuner avec les auteurs et les bénévoles. Nous déclinons cette généreuse et flatteuse invitation. On ne voudrait pas abuser !

Nous marchons un peu avant de faire une pose au Boeuf d’Or, notre restaurant lamballais favori. Peu avant 14 heures, nous pénétrons dans la salle municipale, déjà ouverte. Quelques visiteurs nous ont précédés. Alain Le Flohic, en bon président qu’il est, également. Notre première rencontre, Gérard Alle, un habitué, un pilier. Il fait partie de la douzaine de fidèles. On les appelle les Incontournables !

Yvon Coquil, Carlos Salem et Claude Mesplède

Notre deuxième rencontre, "l’unique, l’incomparable, le grand Claude Mesplède."

"Je savais que vous viendriez ! D’ailleurs, j’ai un cadeau pour vous !"

14h30 : Nous décidons d’assister à la conférence Le Polar aujourd'hui, animée par Caroline De Benedetti, Emeric Cloche, Alain Le Flohic, Claude Mesplède, Bernard Strainchamps (dont nous avions beaucoup entendu parler...). La conférence n’a pas encore commencé que "quelqu’un de connu" s’assied auprès de nous : Yvon Coquil. Il est là en tant que "fan et visiteur". L’an passé, il avait déclaré à Hervé Queille (Le Télégramme) : "Vous imaginez, me retrouver avec des gens que je lis depuis toujours, dans un des grands salons dédiés au polar ! Mais je sais qu’ils sont sympas et abordables. Dans le polar, il n’y a pas de frime. Peut-être parce que c’est de la littérature populaire."

Fin de la conférence. Claude Mesplède nous demande de faire quelques photos. Nous nous exécutons volontiers. Puis nous partons à la rencontre des auteurs, toujours disponibles. Pas de doute, ils aiment rencontrer leur public et ils apprécient également de se retrouver. Impossible de discuter avec tous, d’acheter tous les livres qui nous font envie ! Il faut faire des choix !

Claude Bathany

Claude Bathany, Marc Villard, Jean-Bernard Pouy, Carlos Salem, l’écrivain argentin "à l’écriture déjantée", Marin Ledun, Graham Hurley, "le père de l’inspecteur Faraday", seront "notre priorité"... et c’est déjà l’heure du départ. Claude Mesplède va prendre son avion. On se dit au revoir. Au revoir Lamballe ! Une journée bien remplie... Oui, c'eût été vraiment dommage de rater ça !

Roque et Arlette

PS : 1) Quelque chose nous dit que le Père Noël va nous apporter beaucoup de livres (dédicacés) cette année.

2) Bernard Strainchamps est un quadragénaire sympathique, érudit et qui ne fait pas du tout son âge.

3) Remerciements à tous les auteurs pour leur grande disponibilité :

- à l’ami Claude Mesplède

- à Alain Le Flohic, "l’éminence grise" du festival.

- sans oublier notre gentille guide du Musée Mathurin Méheut.

Remerciements également au restaurant Au Boeuf d'Or (cuisine traditionnelle et accueil chaleureux).

Et bien des choses à tous les Mauvaisgenreux et Mauvaisgenreuses.