Retour à la liste des rencontres

Rencontre avec Andreas Eschbach à la librairie Dialogues

Lundi 12 octobre 2009

Notre ami Andreas ESCHBACH était présent à Dialogues, le lundi 12 octobre à 18H pour une lecture d'auteur, concernant son dernier ouvrage traduit en français, En panne sèche.

Cette rencontre avait lieu dans le cadre de la semaine allemande, en partenariat avec la Maison de l'Allemagne.

C'est donc pour cette raison que Madame CHAMPEAU, Consul d'Allemagne, était présente aux côtés d'Andreas. A 18h03, Madame CHAMPEAU a démarré la séance. Elle a présenté "l'écrivain allemand de S.F. le plus connu, traduit dans quatorze pays, et dont certains romans ont fait l'objet d'un film..."

Andreas : "Le cinéma est un univers qui ne m'est pas tellement habituel... C'est un univers magique..."

Puis l'animatrice de Dialogues a entamé sa série de questions. (Elle mènera les débats avec beaucoup de rigueur, d'efficacité et de gentillesse. Andreas n'aura jamais le temps de souffler face à une animatrice qui connaît bien son sujet et qui connaît bien le roman En panne sèche qu'elle a beaucoup apprécié – tout comme l'ensemble de l'équipe de Mauvais Genres, est-il besoin de le souligner ?

Question : "Vous habitez le Conquet depuis six ans. Pourquoi le Conquet ?"

Andreas : "C'est une longue histoire. Nous (Andreas et son épouse Marianne) sommes arrivés là par hasard. On a décidé de faire l'aventure, de quitter l'Allemagne... Le retour à Ulm ? Ce n'est pas un problème ! Ce n'est pas loin, avec les nouveaux TGV...

Q : "Quel serait selon vous le thème principal d'En panne sèche ?"

A : "Le pétrole et la fin du pétrole qui est imminente...
Les personnages sont inventés mais tous les faits sont vrais..."

Q : "Ressentez-vous une certaine peur ?"

A : "... Oui... Que faire après ? Nous savons que le pétrole est une source qui va s'arrêter dans l'avenir... Pour aggraver çà, j'ai inventé que le pétrole s'arrête en une semaine. Je décris les conséquences."

Q : " Qui est Markus Westermann ? Qui est Karl Walter Block ?"

A : " Ceux sont les personnages principaux... Markus va aux Etats-Unis pour faire fortune. Un jour, il rencontre Block, un vieil Autrichien qui dit qu'il a inventé une nouvelle méthode pour trouver du pétrole..."

Q : " La construction est assez spécifique. Il y a beaucoup de personnages..."

A : " La construction n'est pas vraiment compliquée... Le début, l'accident de voiture qui n'a plus d'essence est un symbole pour tout le livre..."

Q : " Il y a deux parties dans le roman, la méthode de Block et la seconde partie qui est plus prospective. Que souhaitez-vous dénoncer ? Avez-vous un message ?"

A : " Oui ! Démontrer que notre civilisation est très fragile. Elle est fondée sur une seule source d'énergie. Elle est dépendante d'une seule source d'énergie..."

Q : " Est-ce une critique de notre mode de vie ? La mettons-nous en danger ?"

A : " Je ne sais pas. Je n'ai pas de recette... Le problème, c'est plutôt les exagérations. On fonde tout sur une seule source..."

Q : " Y-a-t'il tout de même une solution ?"

A : " Je ne cherche pas la solution. Ce que je veux dire : nous prétendons être aveugles sur ce problème... On ne peut pas continuer comme çà... Il faut regarder le problème, ne pas fermer les yeux..."

Q : "Est-ce un livre optimiste ?"

A : " A la fin du livre, l'humanité existe toujours... ( rires) mais il faut faire quelque chose !"

Q : " Que faudrait-il faire, selon vous ?"

A : " Si je savais, je serais alors Prix Nobel pour la Paix...(rires) Nous avons besoin d'un effort commun... Aller dans les forêts n'est pas la solution..."

Q : "On n'est pas vraiment dans la bonne direction ?"

A : " Non !..."

.........

Q : "Diriez-vous qu'il est plus facile d'être écrivain en Allemagne qu'en France ?"

A : " C'est plus facile en Allemagne. Le marché est plus grand. C'est plus difficile en France. Un Mauvais Genre comme la S.F. n'est pas très reconnu dans les médias..."

Q : " Pensez-vous scénariser En panne sèche ?"

A : " Cà va coûter cher ! (rires)... Avec la crise financière, la probabilité d'un film est EN BAS..."

Question dans le public : "Est-ce que vous pourriez nous parler de votre prochain ouvrage ?"

A : "Il est paru en Allemagne, il y a trois semaines. Je ne sais si ce livre va être traduit...
Le titre... Un roi pour l'Allemagne.

Le sujet ... des machines à voter et la possibilité de manipuler les élections..."

Q : " Comment faites-vous pour alterner entre romans de S.F. et de jeunesse ?"

A : " Je n'ai pas l'impression de changer. Pour moi, ce sont mes livres. Tout commence avec l'idée...

L'IDEE EST LE DICTATEUR DE L'ECRITURE !"...

18H52 : Andreas lit un extrait de roman (pendant dix minutes environ). Il a choisi un passage court (la conférence de Block à Chicago) "qui donne une bonne idée du livre..."

Première lecture en français d'Andreas devant un public...

Un exercice "pas très facile" (Madame CHAMPEAU) dont il se sort plutôt bien.

Le public apprécie et applaudit...

......

La soirée se termine et le public, apparemment très satisfait, applaudit à nouveau très chaleureusement un auteur d'une grande simplicité, souriant, charismatique et plein d'humour.

Un auteur de talent !

Un de nos auteurs favoris, à Mauvais Genres. Pourquoi s'en cacher ?

Merci, bravo et à très bientôt Andreas.

Roque


P.S : "Tout en français !" Respect ! Tu manies à présent sans problème la langue de Molière...